Biographie

Imprimer E-mail

Stéphane Delplace (1953)
par Grégoire Hetzel

Après avoir commencé l'étude du piano dans son très jeune âge, Stéphane Delplace continuera seul, sans maître, sans partition, à apprivoiser, en improvisant, la musique. A l'âge de dix-sept ans, il décide de s 'y consacrer pleinement, et, tout en étudiant le piano et l'orgue, commence à composer. La douleur née de la dissonance, la beauté du glissement, du frottement des lignes, des harmonies et des disharmonies qu'elles entretiennent entre elles ne laissent pas de le fasciner.


La découverte de la Fantaisie en Sol majeur pour orgue de Bach est un choc. Delplace approfondit alors sans relâche l'apprentissage de l'écriture et entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il fera ses classes de contrepoint, d'harmonie, de fugue et d'orchestration. Mais de son propre aveu, c'est auprès de ses compositeurs d'élection (Bach, Brahms, Ravel...) qu'il forme sa pensée musicale. Au début des années quatre-vingt, harmonisant la gamme «par ton» tout en prenant le contre-pied de la solution modale debussyste, il découvre une configuration harmonique tonale singulière d'où naîtront de nombreuses œuvres dont l'oratorio De Sibilla (d'après Virgile), créé à Saint-Germain des Prés en 1990, devenu le Prélude & Fugue VI en Si bémol mineur/livre I. Conforté dans l'idée que le langage tonal n'a pas épuisé ses possibi1ités, le compositeur recherchera alors toujours la force d'expression d'un langage clair, se gardant de sacrifier à un quelconque progressisme.


Les Klavierstücke pour piano (1995-99, éd.Eschig), le Double concerto Laus Vitae (1998), le Tombeau de Ravel, pour grand orchestre (1997), Odi et Amo (d'après Catulle) ou les Variations dans le Ton de Sol pour violoncelle seul (1995), pour ne citer que quelques-unes de ses partitions, ont en commun une même quête de la beauté de la douleur harmonique et du contrepoint qui lui est assujetti. Quelques obsessions hantent ces œuvres, qui sont de véritables signatures de leur auteur: l'altération des degrés faibles, mis en relief comme si Delplace, sans sortir du système «solaire» tonal, voulait en explorer les planètes les plus reculées, ou comme s'il voulait visiter la «géographie de ces terres connues par cœur dont le sous-sol reste pourtant encore tant à exploiter».
Une autre question le retient : celle du thème, de l'idée originelle, d'où tout découle naturellement sans que le compositeur sache à l'avance où le mènera cette idée, que la conduite contrapuntique et harmonique prend elle-même en charge.


« Après avoir saisi une idée musicale, je n'ai plus qu'à me retirer, je laisse la matière artisanale et affective épuiser toute la substance de mon idée, et me donne l'illusion que la solution trouvée est celle que tout le monde eût choisie. Pour moi, l'important est d'approfondir, non d'inventer des formes nouvelles ». Delplace aime à citer Cioran, dont les mots de « géométrie tendre » ou d' « exercice sur fond métaphysique » à propos de Bach lui siéent également, et qualifient particulièrement bien ses Trente Préludes & Fugues. Sa détermination à écrire de la musique tonale le tenant naturellement éloigné des cercles officiels de la musique contemporaine, ce n'est qu'en 2000 qu'il rejoint le groupe Phœnix fondé par Jean-François Zygel et Thierry Escaich.

L'Académie des Beaux-Arts lui décerne en 2001 le Prix Florent Schmitt.

Our website is protected by DMC Firewall!